Tous et toutes à la plage ?

Billet introductif

Sous l’apparence frivole des loisirs balnéaires, la plage comme terrain d’enquête recèle des questions parmi les plus fondamentales des sciences sociales, comme le pouvoir, la propriété ou les inégalités. Espace en apparence périphérique, elle nous situe en fait au centre des enjeux écologiques et socio-économiques qui caractérisent notre époque. Alors que les sciences environnementales accordent un intérêt croissant à l’érosion des plages de sable comme « sentinelles du changement climatique » (Chaumillon et al., 2014), les sciences sociales sont trop peu attentives aux luttes d’appropriation et conflits d’usage dont elles font l’objet dans le contexte de l’élévation du niveau marin et de l’érosion côtière.

Ce carnet entend contribuer à combler cette lacune en tenant ensemble une approche de la plage comme espace social désirable et comme milieu vivant vulnérable. Il traitera ainsi, entre autres, de problèmes relatifs à la privatisation du littoral, à la marchandisation des espaces récréatifs, à l’accès public aux loisirs balnéaires, à la segmentation socio-spatiale (loin des stéréotypes faisant de la plage un espace totalement libre et gratuit), aux normes juridiques et aux politiques publiques visant à « gouverner » les plages. L’ambition est d’éclairer, sous une forme accessible, les controverses, les perturbations, les conflits soulevés par le processus de compression côtière (coastal squeeze), en discutant l’hypothèse d’un double mouvement d’enclosure et de déprise.

Couverture du catalogue de l'exposition "Tous à la plage" - Cité de l'architecture et du patrimoine.
Couverture du catalogue de l’exposition Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours (éditions Lienart/Cité de l’architecture & du patrimoine, 2016-2017).

Qui dit « plage » songe à l’éternel cliché des vagues déferlant sur la grève. Le rivage y semble immuable, inaltérable, à l’image d’une « nature morte ». On oublie alors qu’il est en mouvement. Les forces hydrodynamiques intensifiées par le réchauffement planétaire déplacent son trait de côte, remodèlent sa morphologie, érodent ses falaises. La mer monte et pourrait, d’après les récents rapports du GIEC, gagner plus d’un mètre d’ici 2100. Cette élévation accélérée du niveau marin perturbe les écosystèmes côtiers et déjoue les ouvrages en dur aménagés pour la contenir. Elle éprouve la vulnérabilité des habitats d’interface, des territoires urbanisés, d’un certain rapport social aux espaces liminaires et aux milieux vivants. Elle bouscule non seulement les flux sédimentaires et les réseaux trophiques, mais aussi les usages et les imaginaires de la plage, les savoirs traditionnels et les frontières disciplinaires, les économies morales et les principes de justice. En menaçant les plages de disparition (Pilkey & Cooper, 2014 ; Vitousek, 2017 ; Brooks, 2020), elle révèle les failles d’institutions aussi robustes en apparence que l’État, le droit ou la propriété (Bruno, Cary, 2022, 2023).

Dans ce contexte, il importe d’envisager le devenir physique et social des plages comme territoires contestés et lieux de discorde (Bidet et Devienne, 2017). Nous nous intéressons plus particulièrement aux conflits ouverts ou larvés qui résultent d’une tension entre trois logiques : une privatisation rampante des littoraux qui s’apparente à un processus d’enclosure balnéaire (Bruno et Salle, 2019) ; la revendication d’un droit public d’accès sans restriction à des rivages conçus comme des biens communs ; l’impératif de leur protection comme habitats naturels. Nous adoptons pour ce faire une approche multidimensionnelle de la plage, comme espace physique et social, écosystème et construction historique, milieu vivant et catégorie d’action publique, voire le cas échéant comme « marché contesté » (Steiner et Trespeuch, 2014 ; Araujo, Sartore et Rodrigues, 2019).

L’un de nos objectifs est d’appréhender le basculement d’un questionnement en termes d’inégalités dans l’accès aux plages à un questionnement en termes d’inégalités dans le retrait des plages. L’hypothèse directrice est que la plage ferait aujourd’hui l’objet d’un renversement de perspective dont l’ampleur n’est pas sans rappeler le retournement par lequel les rivages maritimes cessent, entre le milieu du XVIIIe et celui du XIXe siècle, d’être perçus comme des lieux de répulsion pour devenir des espaces convoités. Dans le sillage d’Alain Corbin (1990 [1988]), dont le travail fondateur a mis au jour les conditions d’émergence et de diffusion d’un « désir collectif du rivage » à travers tout un faisceau de discours et de pratiques, il convient de prêter attention à la manière dont le changement climatique affecte le système de représentations des plages, la hiérarchisation des usages socialement valorisés, la distribution des possibles dans l’ordre symbolique et dans l’ordre matériel (Urbain, 2016 [1994] ; Ritchie, 2021). Nous n’oublierons pas, au passage, de nous pencher sur les figures inhospitalières de la plage, voire ses virtualités dystopiques (Bruno, 2018 ; Sartore et Pereira, 2021).


Le titre de ce billet introductif, ainsi que l’image qui l’accompagne, est un clin d’œil au catalogue de l’exposition « Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours », dont on trouvera une présentation sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Il n’empêche : l’objet de ce carnet de recherche est aussi de questionner la conception désormais établie (du moins dans nos contrées), mais historiquement récente, selon laquelle la plage serait « par nature » un terrain de loisir, un espace disponible voué à être occupé, sinon exploité — ce qui suppose de retracer la genèse et le développement des dispositions balnéaires.


Références citées


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Réseau BeachAccess (10 janvier 2024). Tous et toutes à la plage ? Des lignes sur le sable. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2pp


Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search